Le bombardement du 16 Juin 1940 

L’arrivée des Allemands étant imminente, de nombreux habitants de Saint Dizier (Haute-Marne) décidèrent de quitter la région pour aller vers le Sud. Ils partirent le 13 Juin 1940 dans la soirée. Ceux qui possédaient des véhicules les empruntèrent, les autres rejoignirent à pied la gare de Joinville distante de 30 kms.

Arrivés à Joinville dans la journée du 14, environ 600 personnes selon certaines sources s’entassèrent dans les wagons et même dans des tombereaux à ciel ouvert.

Le convoi fut mitraillé une première fois à Bologne (avant Chaumont), passa Dijon vers 10h30 le Dimanche 16 Juin puis emprunta la ligne de la Bresse. Juste après avoir passé la halte de Chaugey, le convoi s’immobilisa au Km 347 dans l’attente de la voie libre d’un précédent train. C’est là qu’il fut attaqué par une patrouille aérienne italienne.

Dans un mouvement de panique, les rescapés de la première salve de feu fuirent à travers les champs et environ 200 personnes se réfugièrent dans les maisons et les fermes situées aux alentours.

On dénombra 33 morts dont le conducteur et le mécanicien plus les 2 aiguilleurs présents sur place, Messieurs Narcisse BOCHU et Auguste LOUISOT.

Les rescapés furent emmenés dans les hôpitaux de Saint-Jean-de-Losne, Seurre et Lons-le-Saunier ainsi que dans les habitations voisines pour y être soignés.

Les défunts furent enterrés provisoirement le long de la voie de chemin de fer dans une couverture, sans cercueil.

 Le 24 Septembre 1940, tous les corps furent d’abord ré-inhumés dans le cimetière de Chaugey sur 2 rangs et dans des cercueils individuels, leur état-civil n’étant pas pour tous formellement établi.

Puis dans les années qui suivirent, des familles reprirent leurs décédés.

Les douze corps restant reposent depuis dans leur cercueil individuel dans une tombe commune construite en 1955 et située au fond à droite du cimetière portant l’inscription « Morts pour la France ».

 

Monsieur Félix BOUCHER, originaire de Joinville et qui perdit sa femme et son fils de 10 ans dans le massacre fit don d’une stèle qui fut posée le 17 Août 1941 en présence du maire, Mr Auguste MOREAU.

Depuis 1943, à la demande de Mr BOUCHER, les enfants des écoles de Chaugey honorent chaque année la mémoire des bombardés en se recueillant sur le lieu du drame.