Petite histoire de Losne …

Par Alain CESSOT

ANTIQUITE

 

 Le village de Losne (LATONA) existait dés l’antiquité et était probablement établi sur la rive droite de la Saône, la rive gauche n’étant à l’époque qu’une succession d’îles plus ou moins pérennes à la merci des assauts de la Saône. La traversée de la rivière s’effectuant à gué d’île en île ou à l’aide de petits ponts en bois.

Le nom de LATONA proviendrait selon certaines hypothèses de l’existence d’un temple romain dédié à la déesse du même nom, établi sur une île de la rive gauche et plus tard remplacé par l’abbaye. Il peut également s’expliquer par la racine lat = basse vallée et onna = suffixe en rapport avec l’eau qui a pu évoluer en lône nom relativement répandu dans la vallée du Rhône désignant un bras mort seulement alimenté en période de crue, ce qui correspond à la situation hydrologique de notre rivière aux nombreux  et hésitants méandres. D’ailleurs le pâtois lônou et lôner évoque une personne lente et flânant volontiers.

De cette époque subsiste l’ancienne voie romaine (« ancienne route de Seurre »). Le nom même du hameau de CHAUGEY (CALVIUS-ACUM = Domaine du romain Calvius) est tiré du latin selon la déclinaison typique des villes se terminant en EY.

MOYEN-AGE ET ANCIEN REGIME

 

Le hameau de MAISON-DIEU provient d’une léproserie installée vers 1250 et citée dans un unique document en 1302 qui permet de la situer avec certitude à la sortie de Maison-Dieu en direction de Saint-Symphorien-Sur-Saône après le lieu-dit « la ragonote ». Il ne semble pas que le hameau portait un autre nom avant la création de cet établissement.

Le premier fait marquant de nos villages fut l’établissement d’une abbaye royale par Thierry II roi de Bourgogne et d’Austrasie à la fin de son règne vers 613. Cette abbaye peu pourvue en terres traversa vaillamment les siècles tourmentés du haut Moyen-Age, fut reconstruite et agrandie en 1046. A cette époque elle se constituait d’une nef principale et de deux nefs latérales, de plusieurs absidioles, au nord d’une tour clocher, d’un logement pour le prieur et d’un cloître.

Cette abbaye fut rattachée à Cluny dés 1136, l’abbé possédait la « motte de Losne » et quelques meix à Maison-Dieu (6 meix en face de l’actuelle Auberge du Paradis) et à Chaugey (tous les meix du lieu-dit « meix Vachet » actuel).

L’abbaye fut détruite sur ordre de Louis XIII en 1636 pour éviter que Gallas ne s’en serve comme tête de pont et elle fut remplacée par l’église plus modeste (1695-1699) qui bénéficia de plusieurs agrandissements postérieurs (1818-1829 et 1870)

La majorité des hameaux et territoires de Chaugey et Maison-Dieu dépendait de la seigneurie et justice de Citeaux grâce à l’achat fait par cette abbaye sur les seigneurs de Pagny de 1277 à 1282. Citeaux y constitua un domaine de plusieurs centaines d’hectares (meix, terres, prés, bois, étangs) grâce aux achats et aux dons de particuliers et de seigneurs. Ce domaine était centré autour de la Maison-Rouge (ferme actuelle de la Tuilerie) où se rendait la justice et il fut affermé jusqu’à la Révolution.1723 vue de la Maison-Rouge (château de Citeaux),

1723 vue de la Maison-Rouge (château de Citeaux)

Les moines aménagèrent des étangs (Potier, Malfranchard, Etang Neuf, Etang de la Velle, Etang de Chaugey) grâce au ruisseau des moines, canal creusé qui amenait l’eau  en provenance du bief noir. Aujourd’hui ces étangs sont en majorité en bois ou en culture. Les moines réglementaient le défrichement des bois et l’assolement des terres et jouissaient des droits seigneuriaux habituels cités dans leur terrier (en 1480, 1502, etc : droit de pêche, de chasse, encaissement des amendes, des droits de ventes, des cens sur les meix, etc…)

De nombreux procès émaillèrent les siècles, entre nos deux seigneurs ecclésiastiques (l’Abbé de Losne et l’Abbé de Citeaux) et les habitants des trois villages prompts à défendre leurs droits et dignement représentés par leurs échevins respectifs.

REVOLUTION ET PERIODE CONTEMPORAINE

 

La Révolution et le XIXème siècle bousculèrent cet agencement. Les habitants devinrent de fait  propriétaires de leurs meix, le cadastre de Napoléon et les matrices cadastrales définirent les possessions communales et nationales et la propriété de chacun. Des aménagements routiers virent le jour, l’ancienne voie romaine (actuelle rue de Chaumergy) invisible sur l’atlas de 1723 fut de nouveau utilisée et reclassée, la route d’Aumur (1864) traversant les bois remplaça les anciens chemins, des ponts pour l’écoulement des eaux (en 1800 à Chaugey par exemple) et les quais (1854) furent aménagés.

De cette époque on peut signaler le pont du pontreux (1875), la grande école communale  aujourd’hui Groupe Scolaire Louis Pergaud (1875-1876) qui remplaça les anciennes écoles de Losne (locaux de l’ancienne mairie), les « asiles » de Chaugey (1864) et de Maison-Dieu (1878), un joli pont à inscription sur la route de Chaumergy (1783) qui enjambe le ruisseau des moines, le presbytère (1823-1826) le déplacement du cimetière, primitivement autour de l’église, à Chaugey (1895), le barrage sur la Saône, l’avènement du chemin de fer (1905), le magasin des pompes à incendies (à Chaugey à proximité du pont de pierre en 1909), les bascules (1900 à Maison-Dieu), des puits, six croix sur le territoire de notre commune, etc…. Une partie de ce petit patrimoine a malheureusement disparu.

 1875 la mare et le pont du pontreux 

1875-1876 école communale

 

années 1900 le barrage à aiguilles

Cette période voit émerger de nombreux commerces situés principalement sur le village de Losne, les hameaux Chaugey et Maison-Dieu restent sur une vocation agricole mais possèdent quelques débitants comme celui du pont de pierre et le restaurant de la Carpe Dorée (vers 1914) qui était situé au dessus de la plage.

années 1900 vue du village et 

des commerces de Losne 

 

   1914 le restaurant de la Carpe Dorée 

à Chaugey

 

années 1900 la gare de Chaugey

Les guerres du XXème siècle n’épargnèrent pas nos villages. Le monument aux morts (1919-1923) installé primitivement à l’entrée du rond-point de Maison-Dieu  fut réinstallé à son emplacement actuel près du cimetière.

 

Lexique

Meix : propriété bâtie, constituée de la maison, des bâtiments agricoles de la cour, du jardin et du verger attenant

Affermé : loué à un exploitant agricole

Terrier : recueil des biens et droits seigneuriaux dont jouit le seigneur local

Echevins : représentants de la communauté nommés par les habitants pour une année, ils étaient 2 par village, c’est-à-dire 6 pour les 3 hameaux.

 

Sources : Archives départementales de la Côte d’Or, Archives communales de Losne.

Les cahiers de Losne-Chaugey-Maison Dieu sont disponibles au tabac de Losne